La Plate-forme mondiale pour le droit à la ville (PGDV) a pour objectif d’inscrire le droit à la ville dans l’imaginaire collectif des personnes du monde entier afin d’inspirer un avenir meilleur pour tous les établissements humains. Dans le cadre de « Nouvelles utopies émancipatrices et pactes sociaux pour un avenir meilleur dans tous les établissements humains », le PGDV a proposé le cours en ligne « Décrypter le Droit à la Ville » dans le monde entier, donnant une accessibilité et une visibilité maximales à la vision du Droit à la Ville, en dialogue avec les visions du monde transformatrices existantes et créant de nouveaux imaginaires collectifs possibles.

Ce cours est maintenant disponible en accès libre. Vous pouvez regarder tous les enregistrements des sessions ici.

Sessions

Certaines sessions ont traité des aspects historiques du droit à la ville et des aspects essentiels tels que la perspective de genre ou la manière dont le droit à la ville se reflète dans les agendas globales (sessions 1, 2 et 6). D’autres ont traité de sujets spécifiques, comme la session sur le Droit à la Ville et Covid-19 (deuxième partie de la session n°6) ou le Droit à la Ville comme feuille de route pour la justice climatique (session 5). De cette manière, les 135 participants ont pu interagir avec les conférenciers et d’autres participants (universitaires, praticiens, activistes, etc.) ayant des perspectives locales et mondiales sur les différentes questions abordées.

Manuela, une étudiante du Pérou, a été inspirée pour concevoir un résumé graphique de la session 1 du cours.

Défis

L’un des principaux objectifs du PGDV avec ce cours était de le rendre très interactif et participatif, en permettant à tous les participants d’apporter des idées et des expériences provenant de leurs propres pays et expériences locales. A cette fin, nous avons proposé 3 défis qui ont contribué à élargir les connaissances de chacun sur le droit à la ville.

La première consistait à partager une chanson faisant référence à l’un des thèmes du cours, au sein d’une playlist collaborative. À travers ce défi, nous avons voulu montrer que la musique peut être un langage international et qu’elle peut unir des personnes de différentes parties du monde et de différentes cultures. La seconde portait sur les questions de genre, les participants devaient partager une image illustrant l’importance de la perspective de genre dans la ville. Le dernier défi consistait à partager des documents audiovisuels faisant référence à l’un des thèmes du cours.

Grâce à tout ce travail, nous disposons aujourd’hui d’un grand nombre de documents présentant une diversité d’expériences sur la mise en œuvre du Droit à la Ville dans le monde.

Quelques images et idées que les participants ont partagées pour relever les défis proposés

Évaluation

Enfin, nous avons demandé aux participants d’évaluer le cours. Cela nous a permis d’en savoir plus sur le déroulement du cours et sur ce que nous devrions améliorer pour les prochains cours. Tout d’abord, le cours a permis de faire connaître le PGDV, puisque 60 % des participants ne le connaissaient pas avant le cours. En termes d’apprentissage, le cours a permis aux gens d’en savoir plus sur le droit à la ville, comme le montre ce graphique.

Les domaines dans lesquels nous pouvons nous améliorer sont les suivants : surmonter la barrière de la langue pour que tout le monde puisse comprendre et participer. Bien qu’il y ait eu une traduction en direct, nous n’avons pas été en mesure de traduire les diffusions sur youtube. Les participants ont également demandé plus d’espaces de discussion, avec plus de défis et de temps pour l’interaction entre les participants et avec les intervenants.

Voici quelques commentaires des participants :

« Je pense que la technologie a été utilisée au maximum, les points forts ont été mis en évidence et je salue le fait que les différences d’approche aient été mises en évidence dès la première session. Cela est très plausible en raison de sa transparence et de sa cohérence avec l’idée qu’il s’agit d’un concept en construction. »

« J’apprécie cette opportunité car la qualité était excellente. De plus, elle était très accessible car elle était gratuite et il était possible de la regarder en différé. Les défis étaient extrêmement créatifs et pas du tout écrasants. Merci.

« C’est la première fois que je participe à un cours international et je me sens très bien accueillie et je vous souhaite à tous beaucoup de joie à l’avenir ! ».

« Ce fut un cours très bon et révélateur, je pourrais suggérer une plus grande participation des organisations africaines. »

 

À propos du cours

Au printemps 2021, la Plateforme mondiale pour le droit à la ville (PGDV) a organisé le cours « Décrypter le Droit à la Ville ». A travers une approche kaléidoscopique, le cours a présenté différentes perspectives et initiatives pour la réalisation du droit à la ville. Au total, nous avons organisé 7 sessions avec 13 intervenants et un minimum de 135 étudiants par session provenant du monde entier, atteignant 200 participants dans plusieurs sessions.

Les membres du PGDV de différentes régions du monde ont contribué en tant qu’orateurs avec leur expertise liée à une variété de sujets tels que les femmes et le genre ; les économies inclusives et solidaires et la souveraineté alimentaire ; la production sociale de l’habitat et les établissements informels ; les liens ruraux-urbains et les dimensions environnementales ; et la gouvernance démocratique.

Nous remercions tous les participants et les conférenciers et espérons que ce cours a permis de mieux comprendre le droit à la ville et les moyens possibles de l’appliquer!