La Plateforme Globale pour le Droit à la Ville (PGDV) se joint aux efforts internationaux et collectifs pour lutter contre le COVID-19. Sur cette page, vous trouverez:

Initiatives pour le Droit à la Ville des membres et alliés

Dans le monde entier, les gens se battent ! Proposer des initiatives et des politiques pour protéger la population face à COVID-19. Ces initiatives sont diverses et répondent de différentes manières aux effets multiples et complexes de la pandémie. Elles sont également mises en avant par différents acteurs, des institutions gouvernementales, de la société civile, des organisations de base, des universités et du secteur privé. Dans le prolongement de notre communiqué, nous mettons ici en évidence certaines de ces mesures, qui portent sur des points clés de la lutte contre la COVID-19 et pour le droit à la ville

Protection contre la violence de genre

Le Secrétariat des politiques pour les femmes du District fédéral du Brésil a lancé la campagne « Femme, tu n’es pas seule » avec des services d’urgence, des centres d’appels et d’autres services pour aider, abriter et protéger les femmes qui sont menacées de violence en raison de mesures d’isolement social. À Montevideo, la municipalité a augmenté les heures d’ouverture et a mis en place des services spéciaux dans le cadre du Programme de la Commune des Femmes, un espace qui offre des soins et des services gratuits aux femmes en situation de violence domestique.

Expulsions suspendues

Le gouvernement australien a approuvé un moratoire de six mois sur les expulsions de locataires commerciaux et résidentiels qui sont en difficulté financière en raison de la crise du Covid-19. En Espagne, les expulsions pour non-paiement de loyer sont paralysées pendant 6 mois après la fin de l’état d’urgence. Un moratoire de 3 mois sur les paiements hypothécaires a également été approuvé. Ces deux mesures s’adressent aux groupes vulnérables.

Immigrants régularisés

Tous les étrangers au Portugal, avec des demandes de résidence en cours, seront traités comme des résidents permanents jusqu’au 1er juillet au moins. Cette mesure garantit que les migrants auront accès aux services publics pendant l’épidémie de coronavirus, ainsi qu’aux aides gouvernementales, aux comptes bancaires et aux contrats de travail et de location. La mesure inclut les demandeurs d’asile et exige la présentation d’une demande de résidence en cours.

Approvisionnement en eau garanti

Au Bahreïn, le gouvernement paiera les factures d’électricité et d’eau des particuliers et des entreprises pendant trois mois à partir d’avril 2020. En Colombie, près de 200 000 familles qui n’avaient pas accès au service d’eau potable en raison d’un défaut de paiement ont été reconnectées au réseau d’eau, en plus de la paralization des tarifs d’eau pour la durée de l’urgence. Une mesure similaire a été mise en œuvre dans le Michigan, avec un moratoire sur la coupure de l’eau dans les foyers après un non-paiement.

Revenu de Base d’Urgence

Le Congrès brésilien a lancé un projet de revenu de base d’urgence de R$600 pour les travailleurs informels, les indépendants et les personnes sans revenu fixe pendant la durée de la crise provoquée par le COVID-19.

Assemblées de la PGDV: Droit à la Ville pour faire face à la COVID-19

Dans le cadre de ces efforts, la PGDV a tenu deux assemblées sur le Droit à la Ville face au COVID-19 en Avril dans le but de partager les initiatives en cours pour faire face à la crise et progresser vers une réponse commune fondée sur la justice sociale et les droits de l’homme.

Notre Communiqué: Droit à la Ville pour faire face à la COVID-19

La Plateforme Globale pour le Droit à la Ville (PGDV) se joint aux efforts internationaux et collectifs pour combattre le COVID-19.

Nous exprimons notre engagement et notre solidarité avec les groupes les plus vulnérables face à la pandémie, en particulier les sans-abri, les personnes vivant dans des habitations précaires, menacées d’expulsion, de déplacement et susceptibles de voir leur logement s’effondrer – suite à une catastrophe naturelle ou à l’usure quotidienne -, les travailleurs et travailleuses informels et les personnes en situation de pauvreté et de précarité,  en particulier les femmes, les personnes âgées et les militants et militantes de tous âges qui subissent des violences multiples. Dans le même temps, en cette période de crise, nous exprimons notre admiration et notre gratitude aux femmes et aux hommes professionnels de la santé et de la propreté, recycleurs informels, soignants et scientifiques, ainsi qu’au personnel des centres de distribution de nourriture et autres services de base.

La PGDV continue à œuvrer pour la construction de communautés démocratiques, plurielles, solidaires et durables, pensées comme des biens communs où tous les habitants et les habitantes ont droit à une vie dans la paix, la sécurité, la santé et la dignité. Le Droit à la Ville est un droit collectif qui met l’accent sur la gestion démocratique, une approche territoriale intégrée et l’interdépendance de tous les droits humains, civils, politiques, économiques, sociaux et culturels. 

Nous nous unissons aux revendications existantes qui, dans le contexte actuel, en appellent à la nécessité de : 

  1. Restaurer et renforcer des services publics de proximité.
  2. S’orienter vers une société centrée sur les soins, en reconnaissant le rôle exercé par les femmes au sein du foyer et de la communauté.
  3. Concevoir les mécanismes démocratiques nécessaires pour une redistribution massive de la richesse sociale, pour mettre l’économie au service de la vie et du bien commun.